Journée type

Bah en fait il y en a pas... du moins chez nous. 

Il y a déjà clairement autant de façons de faire l'école à la maison qu'il y a de familles en IEF. En plus le luxe de l'IEF c'est justement de pouvoir s'adapter. La météo, la santé, les envies, le budget, les expositions... Autant de raisons de ne pas pouvoir vous dresser une journée type.

Certaines familles ont des horaires très définis, récréations incules. D'autres, ne font pour ainsi dire pas de "scolaire".  Au delà du fait qu'on apprend pas uniquement assis devant un livre, ou du lundi au vendredi, les familles IEF ont pour la plupart un programme bien plus organique que celui de l'école. On peut parler de géométrie au petit déj, de géopolitique à 10:00, de la provenance du poivre et du café à midi, de méchanique dans l'après midi et de littérature ou de philosophie le soir par exemple.

J'ai la chance d'accompagner des enfants scolarisé dans le publique de l'âge de mes enfants pour les devoirs de manière hebdomadaire depuis des années. Je suis donc particulièrement bien placée pour comparer où ils en sont. Et visiblement les heures assises ne changent rien.

Ce que je peux dire par contre c'est qu'en fonction des niveaux et des ambitions il y a des lignes directrices assez claires : 

(sachant que je fais partie des gens qui pensent que certaines étapes sont vitales, que j'ai choisi de prendre la responsabilité du futur professionnel des mes enfants et que la loi actuelle vaudoise impose certaines étapes)

Là autour, on se lève, on s'habille, on déjeune, on fait sont lit, on range sa chambre, on sort, on aide à la maison, on joue, on  va à des activité extrascolaires...

Pour moi accompagner des futurs adultes c'est aussi leur apprendre une hygiène de vie...

1-4 H 

1-2H:

Laissez les vivre. Dessiner, cuisiner, raconter des histoire, jouer à cache cache, sortir, découvrir le monde, la nature, les matériaux, la litterature (par les histoires) les chiffres en jouant etc... c'est de manière générale pas plus compliqué que ça. Évidemment si les enfants sont en demande ne pas se retenir de leur proposer plus. MAIS se retenir sans modération de leur imposer des exercices d'écriture si d'un coup ils s'y interessent ! Le seul truc qu'ils vont enregistré c'est qu'ils sont "punit" d'avoir montré un attrait pour un nouvel intérêt. Accompagnez les, mais ne forcez pas la dose! 

Multipliez les occasions de découvrir des choses: glaçons (cycle de l'eau)  pâtisseries, nature, saison, déchetterie, symboles, matériaux, expositions, musiques, jardinage, corps humain, pays et cultures differentes, livres, comptines.... la liste est infinie et tellement riche en découvertes.

On vise la maîtrise du corps, l'entraînement à la motricité fine (cueillir une fleur, casser un oeuf, pâte à modeler...) savoir s'habiller seul, exprimer ses besoins, ses sentiments, être curieux du monde qui nous entoure.  On ne pourra pas être rapide à l'écriture si on tient son crayon comme une hache... Donc on prend de bonnes habitudes tout de suite! 

3-4H:

L'introduction à la lecture et à l'écriture est un procédé qui commence bien avant le crayon qui recopie des mots...  On vise clairement lecture, écriture et math de base pour la fin du cycle de 4 ans. Donc il y a des choses à ne pas rater, mais c'est vraiment tout doux et la grande majorité des enfants y arrivent "tout seul" s'ils sont bien accompagnés.

On peut viser du unschooling à condition qu'il soit éclairé et qu'on ne perde pas de vue les objectifs de fin de cycle qui sont très important pour la suite. 

Les sciences cognitives qui montrent que le jeu est vital à l'apprentissage  montrent aussi que certaines capacités plus récentes pour l'être humain nécessitent de la régularité et de la rigueur. Tout comme la langue s'acquiert par immersion des enfants, la lecture nécessite qu'on y passe du temps régulièrement et de manière structurée.

Karin a écrit un article intéressant à ce sujet là.

15 minutes par jour de drill avec une méthode suivie et progressive pas abandonnée dès que "ca déchiffre pas trop mal" seront bien plus efficaces que deux heures de torture quotidienne à deux mois d'une échéance. En plus il faudra bien plusieurs mois de ces 15 minutes journalières avant de pouvoir décider de demander de l'aide pour un éventuel trouble de l'apprentissage. 

Pareil pour l'écriture. La motricité fine et la souplesse du poignet/de la main ne vont pas tomber du ciel. Déclarer une dyslexie par ce qu'on a pas fait le boulot ou s'attendre à un miracle "être et devenir" n'est ni sain ni constructif. Il y a évidemment des cas particulier, mais un enfant exposé régulièrement à la lecture d'histoires et stimulé qui ne montre pas de réel progrès vers 7 ans doit être formellement introduit à la chose, si après 6 mois de drill il coince c'est qu'il y a un problème. N'attendez pas qu'il ait 13 ans. Le temps perdu sera impossible à ratrapper.

On peut facilement s'amuser à écrire par dessus des modèles glissés dans une fourre en plastique avec un stylo à tableau blanc. Ca glisse bien et on peut recommencer à volonté. 

Pour le reste on continue à jouer, courir, sauter, aller faire des courses, des bricolages...

C'est l'âge chouette pour aller régulièrement à la bibliothèque, recevoir un magazine hebdomadaire, des kits de bricolages et pourquoi ne pas profiter de cette liberté pour écouter des comptine en allemand ou n'importe quelle autre langue histoire de prendre un poil d'avance pour la suite?

(Officiellement introduction de l'allemand en 5H et Anglais en 7 H.)

5-8 H

Là, il n'y a pas de miracle. Conjugaison, orthographe, fluence d'écriture, raisonnement mathématique, toutes ces capacité "artificielles" pour le cerveau peuvent nécessiter un poil de drill. Légalement l'IEF est soumise au PER du coup il y a des objectifs à atteindre dans ces années charnières. Savoir lire, écrire et compter sont les bases incontestable de la suite. Voir des capacités qui sont vitales dans notre sociétés donc qui valent la peine qu'on s'y attèle de manière plus structurée. Introduction de l'allemand en 5H et Anglais en 7 H. 

5-6H:

J'ai souvent passé 45-60 minutes voir 3-4x 15 minutes (4 jours par semaine d'école) avec eux à faire du drill en lecture/écriture(Math et français).

Le reste est dédié à de l'histoire, de la géo, des sciences, de la musique, des activités qui englobent plusieurs sujets mais de manière beaucoup plus "mobile": discussions, recherches sur une carte, reportage, musée, bricolages, experiences, vie tout simplement... Pour l'allemand chez nous c'est dessins-animés et memrise 15 minutes minimum par jour. (attention c'est pas officiel) je pense que de maîtriser une langue à l'oral et de savoir communiquer permet d'introduire l'écriture plus tard et de manière plus intense et plus facilement que de les dégouter avec un truc qu'ils ne maîtrisent pas. (mais c'est perso). Et ils ont des correspondants avec qui ils échangent par écrit, voyagent, discutent...

La vitesse d'écriture et le fait que ce soit automatisé sera très important pour la suite quand il faudra intégrer d'autres concept et créer du contenu. Donc soyez sympas, n'attendez pas 4 semaines avant les ECR de 6H pour vous y mettre avec eux. 

7-8 H:

Ce sont des années ou j'ai souvent passé quelques heures, 4-5 jours par semaines avec mes enfants. Souvent parce que soit ils tiraient les exercices en longueur soit parce qu'ils posaient plein de questions. La première raison m'a appris à poser un cadre et à donner le travail à l'avance. "Une fois fini et bien fait, tu es libre". Effectivement si on récompense les efforts par du travail en plus ils comprennent vite qu'ils n'ont aucun intérêt à faire un effort. La deuxième m'a montré à quel point les conversations passionnantes pouvaient venir de n'importe où. Je précise aussi ici que mes enfants ont tous des variantes de "câblages" qui rallongent le temps de travail -d'où l'importance d'être vraiment régulier- et qu'ils avaient souvent un certains nombre d'ex à faire pour les thérapeutes qui les accompagnaient. Ce qui était génial dans le contex école à la maison c'était du coup de voir les therapeutes s'émerveiller des courbes de progressions "jamais vues et franchement bluffantes"

Une fois de plus j'ai toujours plus accé le travail "formel" sur français/math. Le reste était toujours abordé de manière plus ludique et selon les centres d'intérêts de chacun. Même les langues sont abordées aujourd'hui encore dans l'idée de servir "pour de vrai". Savoir comprendre un allemand ou un anglais, partager avec un correspondant ou un copain sur minecraft est plus important pour moi qu'une liste de mots de "Grüne Max". Mes enfants se débrouillent à l'étranger et c'est ça qui m'éclate. 

Attention tout de fois à ne pas sous estimer les réflexions qui accompagnent ces sujets plus libres. Aller au musée une fois par année avec grand maman ne suffit pas. 

9-11 H 

Là, si vos enfants visent une matu, va falloir mettre la deuxième... et quelque soit leurs envies, il y a une réalité à ces années: on atteint pas un niveau de fluence et de rapidité en math et français sans y travailler. Pareil pour des dissertations. Ma grande fait beaucoup de sport, de politique, de théâtre, de projets professionnels à côté mais si on vise des résultats probants aux ECR, un exa d'entrée au gymnase ou une maturité, il ne faut pas minimiser l'importance du travail réel. 

Certe, à cet âge les enfants qui ont un certain nombres d'années IEF dans les pattes et qui savent ou ils veulent aller sont très autonomes, mais pour des enfants fraîchement désco, le concept de faire ce qu'on nous demande et pas un poil de plus est tellement ancré qu'il faut souvent beaucoup de patience et d'imagination au parents pour  trouver un équilibre. 

Souvent il s'agit plus pour les parents d'accompagner et de mettre des ressources à dispositions que d'enseigner. 

2-4 heures par jours sont importantes à libérer pour atteindre les minima cantonaux. 

Rencontrer d'autres ados qui vivent l'IEF au quotidien est sympas aussi. Ne restez pas seul avec votre ados fraîchement desco, allez voir d'autre familles! 

ET si c'est la panique à bord pour les parents, lancez-moi un coup de fils!