Préparer la visite du collaborateur pédagogique 

Selon la législation actuelle, l'état est légalement responsable de  l'accès à une éducation qui permette aux enfants d'avoir un avenir indépendant et digne. 
Je t'ai mis un lien à la convention des droit des enfants et copié deux articles qui traitent plus particulièrement de l'instruction et de la responsabilité de l'état plus bas si ça ça t'intéresse
Du coup les visites des familles en instruction hors établissement scolaire sont une pratique courante. Chaque canton a sa façon de faire mais on peut dire de manière générale ce qui fonctionne plus ou moins. 
 
 
C'est souvent une énorme source de stress pour les parents et parfois pour les enfants. On dort mal, on stresse, on s'énerve et ça n'aide pas les enfants. En plus souvent le petit dernier sort d'une gastro à ce moment là est on ne sait plus très bien ce qu'on a fait il y a deux mois... 
Rassurer le ou les enfants. Ce n'est pas eux qui sont évalué. 
Le CP est plutôt là pour évaluer si les parents font bien leur travail d'instruction scolaire. S'ils offre effectivement à l'enfant un accès de qualité à ce qui est considéré comme le minimum par les directions respectives. 
Ce n'est pas eux qui sont évalué. 
Le collaborateur pédagogique à la tache impossible d'évaluer si l' enfant à bel et bien instruit, entouré, reçoit ce qu'il lui faut coté stimulation intellectuelle et enseignement, s'il n'est pas en danger et que son avenir n'est pas mis à mal par d'importantes lacunes. Tout cela dans un temp limité, sans faire le tour de la maison, ni enquête de voisinage... 
Il est donc possible qu'il soit très focalisé sur les éléments plus scolaire de votre vie lors de la visite, après tout c'est finalement pour ça qu'il est là. 
Le CP est un être humain, on à le droit de lui offrir un verre d'eau ou un café par exemple à son arrivée et de ne pas l'accueillir en pyjama. C'est pas que j'aime pas les pyjamas, c'est juste un minimum de savoir vivre. 
Ensuite soyez attentif à avoir préparé les classeurs et cahier de vos enfants pour qu'il puisse voir rapidement ce qui est fait. 
Selon le nombre d'année en IEF et l'âge des enfants, les attentes sont très différentes.
 
Un premier RDV avec des enfants en 1-2H est plutôt pour faire connaissance. Donc pas vraiment de dossier à préparer. Les oeuvres d'art et petit journal de bord sont  suffisants pour ces années. 
Par contre plus on avance, plus il est important de garder suffisamment de traces écrites de ce qui est fait et d'être conscient des objectif de l'années voir du cycle afin de pouvoir vous situer quand à votre avancée et aux éventuels retards. Le CP ne va pas vous en tenir rigueur plus que nécessaire, mais si vous donné l'impression de ne pas savoir où vous devez aller c'est inquiétant pour eux. 
Il s'agit de parler "inspecteur" de ne pas perdre ses moyens et de savoir mettre en mots tout le travail et les compétence de votre enfant. Quand on parle la même langue c'est plus facile de se comprendre... Un petite séance de révision des objectifs du cycle et ce qu'il reste à voir est toujours un bon moyen de refaire le point et de revisiter vos objectifs.
Il y a des check listes simples et des raccourcis vers des PDF des objectifs des cycles qui sont sur les pages principales pour vous aider. 
Par exemples: 
3-4H: On va s'attendre à ce que la lecture, l'écriture et la base des maths soit posées.  (voir ici)
5-6H: on aura construit sur les bases acquises et on aura introduit la conjugaison, les accords, le genre des mots... en math les tables de multiplications, bases de géométrie, symétries , résolution de problèmes simples... Allemand, histoire, géo et sciences ont aussi leur minima. (voir ici)
7-8H: Là on attaque des exigences plus sérieuse. Je ne vais pas lister ici ce qui est déjà listé dans les pages correspondantes. Mais attendez vous à ce que le contrôle soit plus "scolaire"
Préparez vos questions les points que vous souhaitez aborder par écrit. 
Souvent les enfants se prennent au jeu ou on se perd en conversation. Essayer de garder une ligne de conduite évitera les oublis et permettra au collaborateur de ne pas rester plus longtemps que nécessaire ni d'avoir "raté" un sujet qui vous tenait à coeur. On peut facilement aussi déjà envoyer certaines information en avance par mail aussi. 
 
 
Art. 3

1.  Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu’elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale.

2.  Les Etats parties s’engagent à assurer à l’enfant la protection et les soins néces­saires à son bien-être, compte tenu des droits et des devoirs de ses parents, de ses tuteurs ou des autres personnes légalement responsables de lui, et ils prennent à cette fin toutes les mesures législatives et administratives appropriées.

3.  Les Etats parties veillent à ce que le fonctionnement des institutions, services et établissements qui ont la charge des enfants et assurent leur protection soit conforme aux normes fixées par les autorités compétentes, particulièrement dans le domaine de la sécurité et de la santé et en ce qui concerne le nombre et la compétence de leur personnel ainsi que l’existence d’un contrôle approprié.

Art. 28

1.  Les Etats parties reconnaissent le droit de l’enfant à l’éducation, et en particulier, en vue d’assurer l’exercice de ce droit progressivement et sur la base de l’égalité des chances:

a)

ils rendent l’enseignement primaire obligatoire et gratuit pour tous;

b)

ils encouragent l’organisation de différentes formes d’enseignement secondaire, tant général que professionnel, les rendent ouvertes et accessibles à tout enfant, et prennent des mesures appropriées, telles que l’instauration de la gratuité de l’enseignement et l’offre d’une aide financière en cas de be­soin;

c)

ils assurent à tous l’accès à l’enseignement supérieur, en fonction des capaci­tés de chacun, par tous les moyens appropriés;

d)

ils rendent ouvertes et accessibles à tout enfant l’information et l’orientation scolaires et professionnelles;

e)

ils prennent des mesures pour encourager la régularité de la fréquentation sco­laire et la réduction des taux d’abandon scolaire.

2.  Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour veiller à ce que la discipline scolaire soit appliquée d’une manière compatible avec la dignité de l’enfant en tant qu’être humain et conformément à la présente Convention.

3.  Les Etats parties favorisent et encouragent la coopération internationale dans le domaine de l’éducation, en vue notamment de contribuer à éliminer l’ignorance et l’analphabétisme dans le monde et de faciliter l’accès aux connaissances scientifi­ques et techniques et aux méthodes d’enseignement modernes. A cet égard, il est tenu particulièrement compte des besoins des pays en développement.